Spirit of Britain

Le blogue du développement de ma Jaguar "E Type", de ma Triumph Bonneville et de ma Royal Enfield

Histoire d'ailerons

L'aérodynamisme est une science qui m’a toujours intéressée. En moto elle est plus discrète qu'en f1 ou « sport prototype » et même en rallye routier voiture ou cette science est omniprésente. En MotoGP, même si elle n'est pas absente des recherches de l'optimalisation d'une moto, elle est beaucoup moins voyante et certainement moins médiatique.

 

Les ailerons bien connus en 4 roues ont fait parfois de timides apparitions en moto, mais de manière discrète...

 

En matière de compétitions motos, les exemples d’ailerons sont très rares, mais existent ! Le plus récent fut le montage en 2010 de deux petits ailerons sur le carénage de la Ducati de Stoner à partir du Grand Prix d'Allemagne au Sachsenring . Officiellement, leur utilité était de réduire les décrochages habituels de la roue avant de la moto de Stoner, mais d’autres sources donnaient comme raison d'accroître l’appui à haute vitesse et de prévenir la propension de la moto de soulever la roue avant. Cette dernière version fut généralement considérée dans le paddock comme vraisemblablement exacte.  Ces deux petits ailerons avaient  un dessin d’aile d’avion inversé et possédaient des « winglets » dirigées vers le bas. Disparu au Grand Prix d’Australie de la même année mais réapparurent au GP suivant au Portugal.

 

GP 2010

 

En 2011, ces petits ailerons sont plus longs de 10 mm et monté un peu plus en arrière sur le carénage. La justification officielle de ces petits ailerons était de limiter le cabrage et accentuer la stabilité en courbe rapide.

 

Test Rossi GP11

 

Ces ailerons alimentaient les nombreux forums et autres blogs consacrés aux MotoGP ; de nombreuses versions étaient avancées par les « spécialistes » aussi nombreux que prolixe sur ce sujet : amélioration du refroidissement, de la stabilité, de l’appui, etc. Mais assez paradoxalement, la majorité estimait que ces ailerons n’avaient qu’un seul but, le refroidissement du moteur ! Leur théorie s’appuyait sur la présence des winglets qui créaient un effet venturi avec le carénage et ainsi accroître l'écoulement d'air a proximité des ouïes de refroidissement du moteur.

 

Pour cette théorie du refroidissement, une seule chose pouvait la valider, les motos de GP possèdent une gestion électronique très développée, et en outre cette utilisation de l’électronique permet en théorie de supprimer les cabrages intempestifs des motos !   

 

Mais tout aussi étrangement, cette nouvelle utilisation d’ailerons en MotoGP ne déclencha pas de remarques ou d’études particulières dans la presse spécialiste…

 

A suivre….

 

Dans le passé, l’utilisation d’ailerons fut déjà observée. La première fois fut en 1974 sur la MV de Phil Read à Francorchamps, et j’ai eu la chance de les observer à cette époque !

 

Divers 5877

 

Malgré mes recherches, je n’ai rien trouvé sur cette utilisation, mais la moto ne fut pas utilisée lors du GP, mais uniquement aux essais. Il est à noter que non seulement cette MV possédait des ailerons mais en plus autant un carénage qu’une selle démontrant une recherche aérodynamique sur l’ensemble de la moto.

 

En 1979, ils apparurent également sur la Suzuki RGB500 du regretté Barry Scheene.

 

screen10

 

Deux ailerons très simple, dont la portance négative était obtenue par la simple inclinaison de l’aileron, et monté sur les côtés du carénage.

 

Puis en 1999 sur la Yamaha de Biaggi….

 

yamaha Biaggi 1999

 

D’autres motos utilisèrent encore ces ailerons, la Honda de Lucchinelli en 1982 avait bien deux ailerons sur le milieu du carénage. Ces appendices aérodynamiques furent montés lors du Grand Prix de France au circuit Bugatti et afin de neutraliser le délestage de la moto au dessus de la courbe Dunlop. La Suzuki 500 d'Uncini avait également ces appendices à la même époque.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jean-Luc

L'Histoire de ma Jaguar E Type V12 et de ma Triumph Bonneville
Voir le profil de Jean-Luc sur le portail Overblog

Commenter cet article